7 & 8 septembre 2019

sortie de terre

festival • résidence

Objets du quotidien, naissance d'un lieu.

47-2 a démarré à la rentrée 2019 ses activités à l’imprimerie, avec son premier grand thème de travail, la terre, celle que l’on habite, que l'on cultive, et dont on fait naître des objets du quotidien.

Sortie de terre, une exposition de pièces réalisées pour équiper l'imprimerie, a ainsi eu lieu les 7 et 8 septembre 2019, week-end point d'orgue de plus d'un mois de résidences continues de céramistes invité·e·s par l’association à venir exercer sur place. Bols, carreaux de salle de bain, outillage, effigie, vaisselle revisitée, signalétique, filtres, séchoir à graines, enseigne… Ces créations libres réinterprètent les objets du quotidien et pourront proposer de nouvelles fonctions au lieu, créer des usages, ou représenter une rencontre faite sur place.

Un immense merci aux artistes venu·e·s pendant tout l'été :
Delphine Amblat, Laure Bazire, Claire Boitel, Nicolas Couturier, Raphaële Delas, Dominique Helleboid, Judith Lasry, Sandrine Pagny, Malen Perret, Alexis de Raphelis, Ludivine Sibelle, Anne Touquet, Cécile Tonizzo, Léon Tonizzo-Couturier, Amélie Vappereau.

Test d'émaux. Enfournement. Vues de l'exposition "Sortie de terre".
Mur d'escalade en céramique.

Terre brûlée est un film-enquête qui explore la relation entre la terre – matière rudimentaire, modelable, extraite du sol – et la production industrielle globalisée. L’enquête procède par la rencontre d’objets manufacturés, de personnes, de savoir-faire ou de lieux singuliers qui permettent de circuler librement sans opposer le local et le global, l'artisanat et l'industrie.
Par la fabrication d’objets en terre, l’organisation d’événements collectifs et la conception d’instruments numériques de prises de vues et de traitement des images singuliers, les frontières entre tournage, montage, et projection s’estompent et mettent la pratique du terrain au centre du processus d’écriture.
En savoir plus sur "Terre brûlée", un projet réalisé par excellando.

Projection de "Terre brûlée" pendant l'exposition "Sortie de terre".

車穴窯 — Kurugama. Hiver 2018, une voiture brûlée trône sur les bords de Loire. Sa combustion l’a fait monter à une température de 1200°C, trés proche de celle d’un four anagama en fonctionnement. Sur le capot se dessinent alors des paysages qui rappellent l’aspect des pièces cuites dans ces fours à cuisson longue. Le véhicule n’est plus l’objet standardisé pour lequel on a inventé la production à la chaîne… Mais une pièce unique, objet-témoin d’une métamorphose.

Capot de voiture. Pot réalisé par Claire Boitel.

De cette rencontre naît le rituel collectif Kurugama :

Rituel imaginé par excellando.

Les cônes pyrométriques de Seger ou montres fusibles, sont utilisés dans les fours pour évaluer la température pendant la cuisson de la céramique. Ces pyramides allongées à base triangulaire sont composées d'un mélange de matières céramiques qui réagissent aux différentes températures. Leur tête, couchée sous l’effet de la chaleur indique le moment où les pièces ont atteint la cuisson correcte.
Sur certains fours, des regards – petits trous percé sur les bords du four – permettent de les observer. Cette animation reproduit en vitesse rapide la fonte d’une montre fusible à l’aide d’un tour de potier et d’une lumière clignotante.

Animation réalisée par excellando.
Maquette des activités de 47-2.
Atelier collectif.
Banquet festif.

consulter le catalogue Sortie de terre

Sortie de terre a bénéficié du soutien de la DRAC Bourgogne Franche-Comté.