En résidence au Lycée professionnel des métiers François Mitterrand à Château-Chinon Clara Denidet développe Visibles avec les élèves de la section bois.

visibles

2020-2021

Ce projet a bénéficié du soutien de la DRAC Bourgogne Franche-Comté.

« Le projet Visibles suit le cours de mes recherches autour des notions de réparation, que l’on peut penser et expérimenter comme un outil de résistance, d’autonomie, un bricolage magique ou une technique de survie…
Depuis deux ans, à travers le projet Réparations visibles et collectives, des performances participatives, je propose de faire l’expérience d’une pratique collective de soin, à la fois concrète et symbolique. Nous réparons mutuellement et de manière manifeste, nos vêtements accidentés. Pendant que les mains font, la parole est libre.  » Clara Denidet

Le projet Visibles s’appuie sur ces expériences - jusqu’alors invitées dans des centres d’arts ou des environnements domestiques - pour se déployer aujourd’hui dans l’espace public, se montrer au dehors. Avec une attention particulière aux pratiques ambulantes, aux «petits métiers» de rue d’hier et d’aujourd’hui et à la panoplie d’objets et de gestes qui les accompagnent, il s’agit d’élaborer une sculpture mobile, un dispositif de réparation visible et itinérante. En s’inspirant des structures simples de la brouette ou de la carriole, l’oeuvre oscillera entre des temps de mise en mouvement et des installations momentanées. Conçue pour accueillir un dispositif ouvert au public, elle se composera de deux assises sculptées, d’un ensemble de bobines en bois tourné, de contenants pour les quelques outils nécessaires et de systèmes d’annonces visuels et sonores … Tout cela s’imagine escamotable, dépliable, se faisant l’écho d’une nécessité de mobilité, d’une occupation légère du sol, un lieu d’échange entre réparant·e et réparé·e. Une zone de soin mobile au sein d’un quartier, d’un village, pour observer comment le «faire» se déploie dans l’espace public, comment il créé des liens.

Première semaine de résidence début octobre 2020

« Pour entamer ce projet, j’ai proposé aux élèves d’expérimenter la pratique du carnet, très présente dans mon travail et dans mon quotidien. Comme une façon de faire connaissance avec leur univers créatifs, mais aussi avec leurs différentes manières de faire et de penser, ils·elles sont invité·es à rassembler dans leur carnet les étapes de recherches, les images récoltées, les dessins et les notes qui jalonneront la résidence..  » Clara Denidet.

Après une présentation du dispositif de réparation mobile, nous avons formé des groupes de recherches reparties sur les différentes parties ou fonctions de l’œuvre et croiser nos trouvailles. Ensuite nous avons investi la bibliothèque pour une séance de réparation visible : l’occasion d’initier les élèves aux différentes techniques de raccommodage, et d’échanger collectivement.